Double Nelson - ダブルネルソン

 
 

"LONGUEUR D’ONDES" n°73 “Automne 2014” - Octobre 14

Double Nelson persiste, fidèle à la ligne fixée depuis 1986, distillant un savant mélange de genres, des trouvailles à la pelle, des ambiances variées et inspirées Par ici, les mouettes s’accouplent avec un rythme binaire alors que la mer est transportée dans une ambiance urbaine. Par là, un violon inquiétant vient faire le contrepoint d’une guitare funky. Les couches sonores sont bien agencées, savamment spatialisées et une indéniable musicalité en ressort. Aussi, là ou pas mal d’anciens de la scène indus ressortent habillés d’un son pauvre et (déjà) anachronique en utilisant l’outil informatique à mauvais escient, Double Nelson évite cet écueil tant l’ordinateur est transparent et sert surtout à injecter des sons crées par les musiciens eux-mêmes. Une inspiration intacte, donc, et après plus de 25 ans de carrière c’est assez rare.

Mathieu Fuster

"PREMONITION.fr" - Février 15

Enfin ! Depuis le temps qu'on l'attendait, il est enfin là, le nouvel album de Double Nelson. Il vient tout juste de sortir, il y a à peine 2 ans (passé un certain âge, on ne compte plus). Leur passage au Zénith en 2012, pour la trentième édition du fameux festival international "Punk & Cold-Wave", avait marqué les esprits : 12 musiciens, 3 guitares, 1 basse, 1 contrebasse, 2 clarinettes, 5 flûtes à bec, 1 viole de gambe, 8 balalaïkas, des tambours, des trompettes, des hautbois et des musettes, sans oublier les danseurs et danseuses, ainsi qu'un plombier et deux agents de sécurité. Si comme beaucoup vous vous rendiez au magasin Wave de Nancy à la fin des années 80, convivial et rieur, muni de votre collier clouté acheté chez Cora, et que vous découvriez Double Nelson, alors vous retrouverez ici la tendresse, l'amour, la joie et la beauté qui ont caractérisé leurs précédents albums, hélas épuisés pour beaucoup : Double Nelson le glas, Double Nelson et la caravane passe, Double Nelson sifflera trois fois... Leur reprise de Last Night a Dj Saved My Life, leur ode à la vie simple (Je crains), à l'insouciance (Love is Gone Top Moumoute), à l'ambition et au dynamisme (On dirait d'la) sauront une nouvelle fois vous convaincre. Quelle meilleure conclusion que ces quelques extraits de paroles à la poésie surannée : "Carnaval de Rio, son abondance de fesses", "Bordel de merde", Choubidou wah, chibidi ba" ?

Frédéric Thébault

 

GET IT NOW ON

Un Sentiment Étrange

DOUBLE NELSON

Pousser La Voiture

DOUBLE NELSON